Sections

Rechercher des articles

Plus de 8.000 personnes formées aux métiers de bouche en Wallonie

Plus de 8.000 personnes formées l’an dernier: tel est le bilan affiché par Epicuris, le Centre de compétence des métiers de bouche situé à Villers-le-Bouillet. «Et nous continuons à croître», se réjouit sa directrice, Noémie Henry. «Il y a une forme d’engouement, non seulement du côté des participants eux-mêmes mais aussi du côté des entreprises, avec lesquelles nous travaillons en partenariat.»

Des perspectives réelles dans des structures de toutes tailles

Poids lourd dans son domaine en Wallonie, Epicuris a donc pour mission première de former des professionnels, dans un secteur qui présente un triple avantage: il s’affiche en croissance, les emplois y sont peu délocalisables, et les perspectives professionnelles à l’avenant. «Les besoins en métiers de bouche sont présents à la fois chez les artisans et dans les PME, mais aussi dans l’industrie et la grande distribution», précise la directrice. 

Mais ces débouchés semblent insuffisants pour attirer les jeunes

Et de citer, notamment, les formations dans le domaine de la boucherie-charcuterie, la boulangerie, la pâtisserie, l’Horeca, entre autres. «Alors que les débouchés sont réels, nous constatons que certains de ces métiers ne bénéficient pas encore d’une image très positive», regrette Noémie Henry. «Peu de jeunes se réveillent le matin, par exemple, en se disant qu’ils vont devenir désosseur ou boucher. Certains craignent de devoir travailler le froid, s’il s’agit de la boucherie, dans la chaleur, s’il s’agit de la boulangerie, ou encore selon des horaires variables ou décalés. Or, les besoins sont là, incontestablement.» 

>> Retrouvez plus de 5.000 formations

D’où la nécessité de les sensibiliser dès le plus jeune âge

C’est la raison pour laquelle, en sus de sa mission de formation, Epicuris a aussi reçu une vocation de sensibilisation du plus jeune public, en accueillant des élèves en fin de primaire ou en début de secondaire, qui y reçoivent l’occasion de s’essayer à ces différents métiers. Les publics concernés par les formations en tant que telles? Ils relèvent essentiellement de trois types: des étudiants, des demandeurs d’emploi mais aussi des travailleurs salariés ou indépendants soucieux de parfaire leurs connaissances (machine, technologie, savoir-faire) dans le cadre d’un processus de formation continue. 

Des formations très accessibles

Devenu Centre de compétence labellisé en 2004, Epicuris est le fruit d’un partenariat à dimension multiple qui fédère à la fois les pouvoirs publics (Le Forem, l’IFAPME, entre autres) et privés via les fonds sectoriels (industrie alimentaire, Horeca,…) et diverses entreprises particulières. Les formations qu’il dispense sont donc largement subventionnées, justifiant le fait qu’elles sont donc accessibles au plus grand nombre, pour le plus grand bonheur de celles et ceux qui en bénéficient.

>> Toutes les infos liées à la formation