Bachelier en assurances et gestion du risque

Fourni(e) par

Description

Le bachelier en assurances a pour responsabilité de conseiller les assurés quant à la souscription d’un contrat d’assurances en respectant le droit à la couverture. Il doit sans cesse développer des qualités tant techniques que commerciales et maîtriser les caractéristiques des produits de son entreprise. Il doit également respecter les dispositions techniques, légales et fiscales spécifiques aux différentes branches.

Le bachelier en assurances se révèle un professionnel apte à répondre aux différents besoins de ses clients, avec qui il développe un esprit de confiance. Il doit faire preuve de diplomatie pour gérer d’éventuels conflits et construire un terrain d’entente réciproque. Le bachelier doit faire preuve d’autonomie dans son travail et respecter les valeurs fondamentales que sont l’honnêteté, la transparence, la loyauté et le respect des différences. Outre la maîtrise des dispositions légales, il doit prôner des règles d’éthique et de déontologie inhérentes au métier d’assureur.

Invité à prospecter une clientèle et à négocier en vue de proposer des produits d’assurances, le diplômé en assurances devra insister sur les garanties proposées par les assureurs. Qualifié pour identifier, réduire et prévenir les risques, il établira une offre sur base des renseignements fournis par le client et déterminera le montant d’intervention de l’assureur après la réalisation de l’événement assuré.

La société ayant fortement évolué, les risques et dangers encourus ont également changé. Se révélant de manière accrue un professionnel de la prévision et de l’anticipation, l’assureur est le conseiller quant à la situation du risque et à sa quantification. Soucieuse de s’inscrire dans l’évolution des nouvelles technologies, la Haute Ecole met l’accent sur la dimension numérique du métier d’assureur et propose une formation axée sur l’e-commerce.

Article suggéré

Jamais sans doute, à l’aune des défis actuels, la formation n’a-t-elle été aussi importante. D’où le rôle central joué par les centres de compétenc...